vendredi 12 octobre 2018

1000 heures sur réacteur


Ce matin, en finale 26 à Lille, aux commandes d'un Embraer 170, j'ai passé ma 1000e heure de réacteur. C'était ma 281e heure sur EJET (109h sur Embraer 190 et 172h sur Embraer 170).


J'avais logué dès 2004, moins de 3 ans après mon PPL, mes premières heures sur jet, pendant le convoyage vers l'Afrique d'un L20 Delfin avec son propriétaire, également instructeur. 7 heures sur cette belle machine, jet d'entraînement des armées de l'air des pays du pacte de Varsovie dans les années 50 et 60.



Plus de 70% de mes heures réacteur ont, à ce jour, été réalisées sur Avro RJ85 chez Cityjet (712 heures de 2016 à 2018).


Même si je ne suis pas pressé du tout de changer de machine, je le demande, s'il y a un prochain jet dans quelques années, des chaînes de montage de quel constructeur il sera sorti... Airbus ? Boeing ? Bombardier ? Wait and see !

samedi 8 septembre 2018

Licence de planeur dans la poche

Après :

le permis de conduire voiture il y a plus d'un quart de siècle,
la licence de pilote privé avion en 2001,
la licence de pilote professionnel en 2009,
la licence de pilote de ligne en 2016,
le permis bateau (côtier) en 2006,

j'ai obtenu cet après-midi le brevet de pilote planeur !




J'aurais mis le temps, et si c'était à refaire, je commencerais par ça, mais on ne change pas le passé, et cette erreur est désormais réparée ! L'année prochaine, j'attaque les vols campagne.

Il reste encore pas mal de trucs, notamment l'ULM et l'hélico !

jeudi 6 septembre 2018

4000e heure de vol

Ce matin, pendant la  (courte) croisière entre Clermont-Ferrand et CDG, j'ai passé ma 4000e heure de vol en tant que pilote, soit 3968h30 en avion (1858 en King Air, 1129 en monomoteur et bimoteurs à pistons, 712 en RJ85, 230 en EJET, 39 en TBM), 31 heures en planeur et 30 minutes en hélico.

Soit 47% en turboprop, 28% en pistons, 24% en jet, moins de 1% en planeur et 0,0125% en hélico.

A 5h30 à Clermont, en attendant les passagers.

Je ne compte pas dans le total les heures de simu, un peu plus 150 heures de simu FFS (20 de 737 classic, une quinzaine de Beech 200, environ 70 de RJ85 et une cinquantaine d'EJET) et quelques dizaines de FNPT II, ni bien sûr celles en sac de sable.

vendredi 31 août 2018

Lâché Pégase !

Pour bien terminer le mois d'août, j'ai été lâché Pégase aujourd'hui. C'est mon premier lâché sur une machine monoplace.


Quel bonheur, ce planeur, comparé au biplace ! Bien plus performant, bien plus fin ! Que du plaisir !

Première casse câble

Dans la foulé de mon lâché, j'ai eu ce matin ma première casse câble non simulée.

C'est ma première vraie "panne au décollage" de ma carrière, avion et planeur confondu : pendant la dernière treuillée, ce n'est pas le câble mais l'élingue qui a cassé.



J'avais déjà pris 45 degrés d'assiette, donc manche à piquer, 0 G, tout qui vole dans le planeur. Ce n'est pas arrivé très haut donc posé droit devant sur la piste planeur.

mardi 21 août 2018

Lâché solo en planeur !

18 ans, 3 mois et 10 jours après mon lâcher solo sur DR400 (le 11 mai 2000 à Lognes), j'ai été lâché cet après midi sur planeur à Coulommiers après avoir commencé ma formation au début du mois.



Ca tombait bien, juste avant mon 45e anniversaire qui a lieu demain. Un joli cadeau ! Je n'ai pas échappé au traditionnel arrosage après l'atterrissage !

lundi 16 juillet 2018

Départ du HOP! Tour des Jeunes Pilotes à Chartres



Belle journée à Chartres pour le début du HOP! Tour des Jeunes Pilotes avec ma collègue Sarah, mon filleul Clément , mon pote Arthur, local de l'étape, et tous les autres Bleus, Jaunes et Marrons que je connaissais déjà ou avec lesquels j'ai fait connaissance.



Moments émouvants lors de l'inauguration d'une plaque à la mémoire de Jacques Lux, jeune pilote des Forces Françaises Libres abattu dans son Spitfire en 1942, et de la remise d'une combinaison bleue à une membre de l'aeroclub ayant fait le tour aérien en 1966 !


Déjà 7 ans depuis que j'ai participé à mon premier Tour aérien des Jeunes Pilotes, en 2011 comme accompagnant en combinaison marron, mais c'est toujours un plaisir de pouvoir y passer. Avec en plus, cette année, la fierté d'être pilote chez HOP!, sponsor du Tour !

dimanche 24 juin 2018

Une copine sur la fréquence à CDG

C'est toujours agréable d'entendre une connaissance sur la fréquence. J'ai raconté sur ce blog plusieurs cas où j'y ai croisé des amis, soit contrôleurs, soit pilotes.

Ce matin au roulage, j'entends "Salut Olivier !" Sur la fréquence de de Gaulle juste après un de mes messages. C'était Laura dans son Airbus aux couleurs d'Air France.



Elle a décollé pour Moscou en piste 08L deux avions avant notre départ pour Göteborg ! Du coup, comme nous étions arrêtés, frein de parc serré, en attendant son décollage pour pouvoir avancer vers le point d'attente, j'ai rapidement dégainé mon téléphone pour prendre une petite photo souvenir !

lundi 23 avril 2018

Premier vol d'AEL sur EJET

Deux mois et demi après le début de la formation, et quelques jours après un vol d'observation en jumpseat sur un aller-retour CDG-Billund, enfin le premier vol aux commandes !

J'arrive avec une bonne heure et demi d'avance dans la salle de préparation des vols. Je me connecte sur l'intranet, j'imprime le dossier de vol et je commence à l'étudier avec les cartes Lido sous les yeux, sur mon ipad.



Au programme pour cette première journée d'AEL (Adaptation En Ligne, ou Line Training e-in english), un aller retour CDG-Aberdeen.

Quand le commandant de bord me rejoint, j'ai terminé ma préparation que je lui présente. Puis nous retrouvons les hôtesses et nous partons ensemble à l'avion. Nous aurons aujourd'hui un Embraer 170, 66 passagers sont prévus (sur les 76 sièges que compte un E170 chez HOP!).

Une fois le PIF (Poste Inspection Filtrage) équipage passé, nous voilà au pied de l'avion qui vient d'arriver. Les passagers sont en train de débarquer.



Habituellement, nous somme Pilot Flying (PF) sur une branche et Pilot Monitoring (PM) sur l'autre. Mais la QT est ZFTT (Zero Flight Time Training), c'est à dire qu'elle se déroule entièrement sur simulateur, sans tours de piste avec l'avion comme c'est le cas lors de ma première QT CS25. Le premier vol sur le vériyable avion est le premier vol d'AEL, avec passagers à bord. Et le pilote en formation doit être PF sur les 6 premiers vols. Je piloterai donc à l'aller et au retour.

La piste d'Aberdeen est une des plus courtes du réseau EJET : 1 950 mètres (ce qui suffit largement, 1300 mètres environ suffisent avec une piste sèche).

La vol aller est le Air France 1272 (et je retrouve le callsign AF que je n'avais plus beucoup utilisé depuis que j'avais quitté Dublin pour Amsterdan et les vols KM). 1h51 à l'aller et 1h55 au retour pour l'AF 1273.

L'avion est super agréable, nettement plus moderne que l'Avro, même s'il y a du boulot en AEL, surtout pour les premiers vols.

mercredi 28 mars 2018

Qualifié Embraer EJET !

Aux 6 séances simu a Exeter ont succédé 4 autres, cette fois chez Flight Safety au Bourget, où j'avais eu la plaisir de faire un tour dans un simu Falcon 2000 il y a quelques années grâce à un copi, que j'avais visité a vec les cadets de l'air étrangers, et où j'avais passé (avec succès) mon ATP théorique FAA.

Aujourd'hui, j'ai passé mon test de QT Embraer EJET.



C'est ma 4e qualification turbine après la QT Beech 90/200 (le 27 mars 2010, soit 8 ans avant presque jour pour jour), la QC TBM 900 en octobre 2015 et la QT Avro en juillet 2016.

dimanche 4 mars 2018

6 premiers simus terminés

Me voilà de retour d'Exeter, où deux des trois binômes de ma promotion de QT sont partis le week-end dernier dans un Dash 8 de Flybe pour aller faire du simu.




Le simulateur Embraer 190 est situé dans le training center de Flybe, et l'hôtel est à 100 mètres à pieds. D'autant plus pratique qu'il est tombé des tonnes de neige et qu'on a été bien contents de ne pas avoir à conduire (à gauche) dans ces conditions !




Au programme, les six premières sessions de 4 heures de simulateur EJET.

jeudi 22 février 2018

Théorie de la QT terminée, à nous les simus !

Le test théorique de la QT EJET a eu lieu lundi après-midi, à l'issue de deux semaines de cours chez Flight Safety au Bourget.

Notre instructeur, Don, ancien pilote de Citation V, de Falcon 2000, d'EJET et de 747, et propriétaire de deux avions monomoteurs, a essayé de nous transmettre son savoir sur les systèmes de l'Embraer 170/190.

Flight Safety, c'est un endroit où on n'arrête pas de croiser des gens que l'on connait, et les pauses s'allongent un peu parfois tant les retrouvailles sont agréables.


Mardi, mercredi et ce jeudi matin, nous avons fait trois séances de 4 heures dans un GFS (Ground Flight Sim).

Ce simu peut sembler le simulateur du pauvre, en comparaison des FFS (même s'il paraîtra luxueux aux habitués de la simulation sur PC), mais c'est une étape très utile avant de passer au simu sur vérins.

Grâce à ses écrans tactiles qui reproduisent l'ensemble du tableau de bord (overhead panel inclus) et à ses deux FMS (qui ne sont pas tactiles, eux, mais bien réels), on peut, pour un coût sans commune mesure avec ceux d'un FMS, se familiariser avec le cockpit.


Il est ainsi possible d'accomplir l'ensemble des actions (flows), des procédures et des checklist, depuis la prise en compte de l'avion "cold and dark" jusqu'à l'arrivée au parking, avec toutes les étapes d'un vol complet (préparation du poste, mise en route, roulage, décollage, montée, croisière et descente, approche, atterrissage, roulage, arrêt des moteurs et de l'avionique).

Une bonne première approche de la machine. Prochaine étape, les simus FFS (Full Flight Sim), dans quelques jours...


jeudi 25 janvier 2018

Sélection HOP! réussie !

Mardi 16 janvier. Je suis dans un A320 de SAS à Roissy, en route vers Copenhague. La passerelle est partie, les cabin crew sont sur leurs sièges. Je n'ai pas encore éteint mon téléphone, qui sonne en silencieux. Un numéro de téléphone fixe français s'affiche. J'ai une intuition et je décroche en parlant doucement.

C'est un responsable training de HOP!, qui me félicite pour ma réussite à la sélection. Il me demande si je serai disponible pour démarrer une QT EJET (Embraer 170/190) le 5 février. Je réponds oui. Le vol fut interminable, j'étais excité comme une puce.

(Photo Grégoire Delatte) 

Fin novembre, j'avais fait la première journée (QCM de personnalité, QCM théorique, exercices de groupe et entretien individuel), puis, fin décembre, un test sur simu ATR.

Ce 25 janvier, dernière étape avant le début de qualification : une évaluation psychologique décidée par l'EASA après l'accident de la German Wings, et qui sera bientôt obligatoire. Ce matin, deux QCM de personnalités. Cet après-midi, un entretien avec uen psychologue d'Air France. Je suis bon pour le service !

Prochaine étape, lundi 5 février, au Bourget, chez Flight Safety, pour le début de la QT !

lundi 1 janvier 2018

Bilan 2017

2015 et 2016 furent les années pendant lesquels j’ai le moins volé depuis que je suis devenu pilote pro (124 et 131 heures, contre 393 en 2014, 370 en 2013, 490 en 2012, 479 en 2011 et 476 en 2010).

2017 aura été l’année pendant laquelle j’ai le plus volé depuis mes débuts en 2000, avec 685 heures de vol. C’est plus que 2014, 2015 et 2016 réunis ! Première année de pleine activité depuis 2014.

Au bilan de cette année, 478 vols, 677 heures de RJ85 et 8 heures de SEP (2 vols en PA28 à Toussus, 2 vols en C172 à Etampes et 3 vols en Mousquetaire à Megève). Seulement deux types donc, l’Avro et la SEP, contre quatre l’an dernier.



9 pays visités (Allemagne, Croatie, Espagne, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, République tchèque, Royaume-Uni). En comparaison, en 2016 j’avais fait 16 pays, grâce à mon convoyage africain (Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Autriche, Croatie, Egypte, Ethiopie, France, Grèce, Irlande, Kenya, Malawi, Soudan, Royaume Uni, Tanzanie et Zimbabwe).

26 aéroports (Amsterdam 131 fois, London City 94 fois, Dublin 70 fois, De Gaulle 62 fois, Prague 18 fois, Belfast 17 fois, et aussi Birmingham, Bordeaux, Cardiff, Clermont-Ferrand, Etampes, Florence, Francfort, Gênes, Girone, Hambourg, Hanovre, Megève, Newcastle, Norwich, Pula, Southend, Stuttgart, Turin, Toulon et Toussus le Noble).