vendredi 1 juin 2012

Rencontres nocturnes avec des amis pilotes pros


Pour une fois, le préavis était large : appel à 20h pour un décollage à 0h15 (en général, pour un organe, on est prévenu 1h30 max avant le décollage). On descend chercher ce qu'on appelle "une mallette", c'est à dire qu'on part à vide, on récupère la mallette (qui est une glacière, en fait, contenant l'organe qui a été prélevé par les chirurgiens d'une autre équipe), et on remonte sans passager.

Avec un peu d'avance sur l'horaire, on décolle à 0h05 du Bourget. A 1h15, on est sur l'ILS 13R de Marseille-Provence. Un DA42 de l'ESMA se reporte en vent arrière pour la piste 13R.

L'avion de l'ESMA : Ce ne serait pas Olivier dans le Beech ?
Moi : si, c'est Olivier, salut Harold !
Harold : comment tu as su que c'était moi ?
Moi : Je suis trop fort !
Harold : en effet, tu es trop fort !

Quand on commence la formation PPL, on a parfois peur de parler à la radio. Quelques années plus tard, on dit des bêtises sur la fréquence tour de Marseille-Provence, le 5e plus gros aéroport français. Il faut dire que c'est la nuit, qu'on est les deux seuls avions sur la fréquence, et que ça se fait avec la complicité bienveillante du contrôleur, qui lui aussi est d'humeur joyeuse :

Contrôleur : IBJ201A, information de trafic, un DA42 à vos 1 heure en vent arrière 13R.
Moi : on a visuel sur le petit DA42, IBJ201A !
Contrôleur : petit, petit... Vous allez le vexer !
Moi : Mais c'est fait exprès !

(Pour les esprits chagrins qui me lisent, je précise que c'était du second degré pour taquiner mon ami Harold. Nulle prétention dans mes propos (d'ailleurs, pilotant un petit avion moi-même, je serais mal placé pour critiquer la taille des avions).

Et, comme je l'avais déjà dit ici, quand j'étais en formation dans mon "petit" PA28 Arrow ou Seneca, j'avais apprécié d'entendre certains pilotes pros, sur des avions plus ou moins gros (dont des King Air) utiliser le mot "collègue" pour parler de moi en fréquence. Et moi aussi, il m'est déjà arrivé de l'utiliser à propos d'avions très légers, ou de dire "le joli DR400" là ou certains pilotes de gros parlent de "petit avion" (à croire qu'ils ne savent même pas l'identifier).

Mais revenons à nos petits moutons :

Le contrôleur, à l'avion de l'ESME : vous pouvez vous reporter en finale 13R derrière votre collègue.

(Dans le cockpit, mon captain, qui est aussi taquin que moi : "Ha non, c'est pas notre collègue !!")

Harold : Quelle est la vitesse sol du Beech 200 s'il vous plait ?
Contrôleur : comme vous... 100 kt

(En fait, on avait 114 kt)

Harold : ha, on va réduire un peu alors !

(Quel prétentieux ! :-) Forcément, en courte finale, on ne peut pas garder 250 kt !)

Mon captain pose délicatement l'avion sur la piste, et on roule vers le parking aviation générale ou attendent déjà deux "petits" avions venus eux aussi chercher des organes. Un Merlin de Dôle, et un autre Beech 200, basé à Lyon-Bron.

Et grâce à la présence de ce dernier, j'ai le plaisir, après avoir croisé Harold sur les ondes, de rencontrer un autre pote, lui aussi pilote pro et qui, lui aussi, travaille cette nuit au lieu de dormir : Albéric, qui lui aussi raconte ses vols de pilote de Beech sur un blog.

Deux amis croisés en en quelques minutes (et en pleine nuit) sur le même aéroport, ça fait bien plaisir...

Pour terminer, deux photos prises au retour, en approchant Paris, au lever du soleil :





4 commentaires:

Xavier Cotton a dit…

Parfois tu rencontre aussi des contrôleurs via la fréquence ;-)

Golfcharlie232 a dit…

Je passe souvent par MRS, mais rarement apres 23h.
A la limite, on pourrait se croiser sur une fréquence tot le matin (premiers décollages a 5h40).

marc a dit…

Bonjour , et merci pour ces récits , même si ils se font rares ...! j'espere que tt va bien pour vous .
Une question concernant votre profession : êtes vous payé uniquement sur les heures block/block
ou vos attentes sont elles également comptabilisées e heures travaillées ?
Tres cordialement

LJ35 a dit…

marc > J'ai un salaire fixe, quel que soit le nombre d'heures de vol et quel que soit le nombre d'heures de travail.