mardi 1 janvier 2019

Bilan 2018

Avec 456 heures totales, je suis loin de battre en 2018 le record de 2017 (685 heures). C'est la cinquième année la plus chargée sur 19 années de vol. L'année a commencé avec une très faible activité : 14 heures entre le 1er janvier et le 22 avril : 2h25 de RJ85, mes deux derniers vols chez Cityjet et sur Avro, et le reste en SEP.

Au bilan de cette année donc 343 vols, 404 heures d'EJET, un peu plus de 2 heures de RJ85 et 50 heures de SEP (46 de PA28, 2 de Cessna 172 et 2 de Lionceau).

11 pays visités (Allemagne, Croatie, Danemark, Espagne, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Suède) contre 9 en 2017 et 16 en 2016 avec le convoyage du PA28 en Afrique.

36 aéroports visités (Aberdeen, Amsterdam, Bâle, Biarritz, Billund, Brème, Caen, Cagliari, Calvi, Cork, Dusseldorf, Edinburgh, London City, De Gaulle, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Etampes, Francfort, Gênes, Goteborg, Hambourg, Hanovre, Lille, Lyon, Marseille, Newcastle, Nuremberg, Orléans, Pau, Perpignan, Rennes, Stuttgart, Turin, Toulon, Toussus le Noble, et Wroclav).




Janvier :

J'apprends que j'ai réussi les sélections de HOP! et que je commence la QT le mois suivant. Derniers vols sur RJ85 et chez Cityjet avec un aller-retour Amsterdam-London City-Amsterdam.

Février :

Retour en France avec le déménagement d'Amsterdam vers Paris. Début de la QT EJET chez Flight Safety au Bourget.

Mars :

Fin des simus, test de QT EJET.

Avril :

Début de l'Adaptation En Ligne (AEL).

Mai :

Lâcher En Ligne (CEL).

Juin :

Je croise une copine sur la fréquence à CDG. Une fois n'est pas coutume, c'est pendant un vol VFR que nous devons nous mettre en circuit d'attente. A notre retour d'Orléans, un CB se promène sur Toussus. Mon élève et moi attendons tranquillement au sud de Rambouillet qu'il passe pour pouvoir nous poser.

Juillet :

Je me rends à Chartres avec une collègue pour le départ du HOP! Tour des Jeunes Pilotes. Nous sommes parrain et marraine de candidats.

J'accepte sur un jour OFF une petite mission sympa : aller chercher un avion à Calvi. Le commandant de bord et moi descendons en mise en place, allons déjeuner sur le port en attendant que les mécanos terminent leur boulot, nous promenons vers la citadelle, avant de repartir vers l'aéroport pour ramener l'avion à Roissy à vide.

Août :

Je me mets (enfin !) au planeur. Je suis lâché solo, puis quelques jours plus tard, première casse câble réelle, et le dernier jour du mois, je suis laché Pégase.

Septembre :

Je passe ma 4000e heure de vol, tous engins confondus (avion, planeur, hélico) et j'obtiens ma licence de pilote de planeur.

Décembre : 

Passage de ma 400e heure de vol sur EJET, le 30 décembre, dernier jour de vol de l'année pour moi. Le même jour, premier déroutement avec HOP!, de Gênes vers Milan Malpensa pour cause de vent fort à Gênes, excédant la composante maximum de vent de travers.

vendredi 12 octobre 2018

1000 heures sur réacteur


Ce matin, en finale 26 à Lille, aux commandes d'un Embraer 170, j'ai passé ma 1000e heure de réacteur. C'était ma 281e heure sur EJET (109h sur Embraer 190 et 172h sur Embraer 170).


J'avais logué dès 2004, moins de 3 ans après mon PPL, mes premières heures sur jet, pendant le convoyage vers l'Afrique d'un L20 Delfin avec son propriétaire, également instructeur. 7 heures sur cette belle machine, jet d'entraînement des armées de l'air des pays du pacte de Varsovie dans les années 50 et 60.



Plus de 70% de mes heures réacteur ont, à ce jour, été réalisées sur Avro RJ85 chez Cityjet (712 heures de 2016 à 2018).


Même si je ne suis pas pressé du tout de changer de machine, je le demande, s'il y a un prochain jet dans quelques années, des chaînes de montage de quel constructeur il sera sorti... Airbus ? Boeing ? Bombardier ? Wait and see !

samedi 8 septembre 2018

Licence de planeur dans la poche

Après :

le permis de conduire voiture il y a plus d'un quart de siècle,
la licence de pilote privé avion en 2001,
la licence de pilote professionnel en 2009,
la licence de pilote de ligne en 2016,
le permis bateau (côtier) en 2006,

j'ai obtenu cet après-midi le brevet de pilote planeur !




J'aurais mis le temps, et si c'était à refaire, je commencerais par ça, mais on ne change pas le passé, et cette erreur est désormais réparée ! L'année prochaine, j'attaque les vols campagne.

Il reste encore pas mal de trucs, notamment l'ULM et l'hélico !

jeudi 6 septembre 2018

4000e heure de vol

Ce matin, pendant la  (courte) croisière entre Clermont-Ferrand et CDG, j'ai passé ma 4000e heure de vol en tant que pilote, soit 3968h30 en avion (1858 en King Air, 1129 en monomoteur et bimoteurs à pistons, 712 en RJ85, 230 en EJET, 39 en TBM), 31 heures en planeur et 30 minutes en hélico.

Soit 47% en turboprop, 28% en pistons, 24% en jet, moins de 1% en planeur et 0,0125% en hélico.

A 5h30 à Clermont, en attendant les passagers.

Je ne compte pas dans le total les heures de simu, un peu plus 150 heures de simu FFS (20 de 737 classic, une quinzaine de Beech 200, environ 70 de RJ85 et une cinquantaine d'EJET) et quelques dizaines de FNPT II, ni bien sûr celles en sac de sable.

vendredi 31 août 2018

Lâché Pégase !

Pour bien terminer le mois d'août, j'ai été lâché Pégase aujourd'hui. C'est mon premier lâché sur une machine monoplace.


Quel bonheur, ce planeur, comparé au biplace ! Bien plus performant, bien plus fin ! Que du plaisir !